La BCE assouplit (enfin) sa politique monétaire

10/06/2024

La Banque Centrale Européenne (BCE) a annoncé une baisse des taux directeurs d’un quart de point. Il s’agit du premier assouplissement de la politique monétaire européenne depuis 2019.

Premier assouplissement des taux directeurs depuis 2019

« Il est aujourd’hui opportun de réduire le caractère restrictif de la politique monétaire », a indiqué la Banque Centrale Européenne dans son dernier communiqué. Une première en cinq ans ! Le 6 juin, le Conseil des gouverneurs de la BCE a décidé de baisser les taux directeurs de la zone euro. Conséquence, le taux de dépôt va passer en dessous de la barre des 4 %.

Plus précisément, le taux de dépôt, le taux de refinancement et le taux de la facilité de prêt marginal de la BCE devraient baisser à 3,75 %, 4,25 % et 4,50 % respectivement. Depuis 9 mois, ils étaient fixés à 4 %, 4,50 % et 4,75 %.

Pour rappel, le taux de dépôt correspond au taux annuel servi aux banques qui placent leurs liquidités auprès de la BCE. Le taux de refinancement correspond au taux d’intérêt annuel auquel les banques peuvent emprunter pour leurs activités de financement. Le taux de la facilité de prêt marginal est quant à lui le taux que les banques paient lorsqu’elles ont besoin urgemment de liquidités.

Il s’agit de la fin d’un chapitre que les spécialistes avaient anticipé. Entre juillet 2022 et décembre 2023, la BCE avait, par 10 fois consécutives, augmenté ses taux.

Taux directeurs : la BCE reprend la barre

Ce changement de bord dans la politique monétaire européenne est significatif. L’inflation est désormais « sous contrôle », a affirmé Christine Lagarde, la présidente de la BCE. Mais « nous n’en avons pas encore fini avec le cycle de politique restrictive », ajoute la présidente, le 11 juin dernier. Toutefois, la BCE est confiante : « la déflation est suffisamment avancée et devrait se poursuivre dans les 18 prochains mois, nous pouvons donc enclencher une baisse des taux ».

Si ces bonnes nouvelles ont déjà fait remonter les rendements obligataires de la zone euro, la BCE s’est bien gardée d’être plus précise quant au rythme ou au calendrier des prochaines baisses des taux. « Nous aurons besoin de données pour confirmer que nous sommes bien sur le chemin de la désinflation », a ajouté Christine Lagarde. Elle a également martelé que ce chemin ne serait probablement pas simple et linéaire.

Les économistes projettent, toutefois, deux réductions de taux supplémentaires pour cette année. L’économiste en chef de la BCE estime que le contexte désinflationniste autorise à « supprimer le niveau le plus élevé de restriction monétaire ». Mais, il rappelle aussi qu’en tenant compte du niveau de l’inflation, la politique monétaire de la BCE est actuellement plus restrictive, malgré la récente baisse des taux, qu’en septembre 2023. Autrement dit, une simple baisse des taux ne suffira pas à relancer l’activité.

Pour aller plus loin :